Acheter Un Bien à L’étranger : Comment Obtenir Un Prêt Immobilier ?

0
454

Acheter à l’étranger, pourquoi les banques sont réticentes ? Financer un bien à l’étranger par l’intermédiaire d’une banque française est assez compliqué. Les banques sont réticentes pour plusieurs raisons. La première raison est la mauvaise connaissance du pays où vous souhaitez acheter. Chaque pays a ses particularités concernant le fonctionnement des banques. De plus, elles sont plus ou moins méfiantes en fonction des pays. Si le cadre géopolitique est instable ou que la zone est réputée pour le blanchiment d’argent, elle sera nécessairement plus craintive. Certaines banques n’ont pas d’agence à l’étranger ou très peu. Ce qui signifie, que vous allez emprunter à une banque française avec des horaires d’ouvertures français. Si vous emménagez dans votre bien à l’étranger, la banque aura du mal à vous contacter. Inversement, vous rencontrerez surement des difficultés à contacter votre conseiller, à cause du décalage horaire. Les banques ne prennent aucune garantie sur un bien à l’étranger (hors France). Quand vous réalisez une simulation en ligne, cela doit être gratuit et sans engagement, les formulaires à compléter sont simples et courts et vous pouvez constater les offres instantanément. On gagne du temps, il suffit de se mettre devant son ordinateur, de se connecter et les résultats s’affichent. Faire la simulation de rachat et remplir le formulaire de demande : cela peut se faire, en ligne ou faire une demande auprès de sa banque ou auprès d’un courtier. Si vous avez fait une demande de nouveau crédit de trésorerie, votre compte sera crédité au même moment du remboursement de vos crédits. La durée de la mise en place de l’opération de rachat de crédit est en moyenne 1 mois. Le regroupement de crédit présente plusieurs avantages dont le rééquilibre de votre budget sur du long terme. Possibilité de réaliser de nouveaux projets et faire le remboursement en une seule mensualité pour alléger la gestion de votre budget.

Un avant-contrat désignant les conditions de vente est signé avec le vendeur, une fois que votre offre a été approuvée. Il y a alors deux options possibles : le compromis de vente et la promesse unilatérale de vente. Une fois signé, les deux parties sont engagées. Cependant, il existe des conditions suspensives telles que le refus d’un crédit, qui donnent la possibilité de rompre la vente. Dans le contrat, peuvent aussi être ajoutées les clauses sur l’état hypothécaire du bien, l’obtention d’un permis de construire ou la renonciation de préemption de la commune. Le versement d’un acompte (10% du prix de vente du bien) devra être effectué sur le compte séquestre du notaire. L’acheteur possède un délai de 7 jours pour changer d’avis et récupérer les sommes versées (sans aucun frais). Il est important d’évaluer les offres de plusieurs banques pour profiter des meilleures conditions. Cette tâche peut alors être donnée à un courtier qui est au courant des offres et qui sait négocier les taux. Le courtier est notamment payé que si vous choisissez sa proposition. Le montant sera équivalent aux frais de banque que vous n’aurez pas à payer si vous passez par lui.

Chaque coindivisaire est tenu des dettes relatives au bien (charges, prêt en indivision, etc.) à hauteur de ses parts dans l’indivision. Nul besoin de formalités, ni à l’achat ni pendant la durée de l’indivision. En outre, acheter en indivision ne suppose aucun coût, ni aucun délai. À savoir : l’indivision est le régime fréquemment choisi par les concubins ou les partenaires de PACS. Pour pallier ces difficultés, les coindivisaires ont la possibilité de prévoir une convention d’indivision : ce contrat permet d’aménager certaines règles afin de les adapter à la situation propre aux coindivisaires. Important : la répartition des droits de propriété sur un bien acheté en indivision se fait conformément aux quotes-parts indiquées dans l’acte d’acquisition et non en fonction du financement. Acheter en indivision ou constituer une SCI ? La société civile est souvent préférable à l’indivision dans le cadre d’un investissement immobilier. En pratique, les notaires conseillent souvent de constituer une SCI, qui demeure une solution à privilégier pour des investissements de long terme. SCI comportent des dispositions relatives à la majorité nécessaire pour la prise de décision.

Si vous être adjudicataire, c’est-à-dire la personne ayant porté l’offre la plus élevée, le notaire vous fera signer un procès verbal d’adjudication. Le chèque de consignation déposé préalablement est destiné à couvrir les frais de la vente. Dès lors, si le prix adjugé est nettement supérieur à la mise à prix, il est possible que votre chèque de consignation ne couvre pas l’intégralité des frais. Dans ce cas vous devrez alors acquitter aussitôt le complément. Si vous n’êtes pas l’adjudicataire, le notaire vendeur vous restituera, dès la fin de la séance de vente et sans frais, votre chèque de consignation. L’acquéreur dispose de 45 jours (augmenté du délai éventuel de surenchère) pour payer le prix. Au-delà de cette date, des intérêts de retard sont dus. Le non-paiement du prix peut entraîner l’annulation de la vente : l’acquéreur défaillant supporte l’ensemble des frais de vente et de procédure. En cas de remise en vente sur folle enchère, si le prix obtenu est inférieur à celui de la première vente, la différence reste à la charge de l’acquéreur défaillant. Si vous êtes effectivement propriétaire le jour de l’adjudication, la remise des clés ne se fait qu’au paiement intégral du prix. Vous souhaitez acheter une maison, un appartement ou un autre bien immobilier ? Saviez-vous que les notaires de France représentent le 1er réseau immobilier français avec près de 2000 offices pratiquant la négociation immobilière ? C’est le plus gros maillage territorial, bien loin devant les gros réseaux d’agences.

Êtes-vous prêt à prendre votre voiture chaque fois que vous voulez faire vos courses ou emmener vos enfants à l’école ? Il faut aussi regarder la distance par rapport à son lieu de travail. Par exemple, s’il y a beaucoup de route, mieux vaut effectuer plusieurs fois le trajet domicile-travail à différents moments de la journée pour avoir une idée précise du temps que cela pourra prendre quotidiennement. Il est judicieux d’être méthodique et de classer par priorité la notion de confort, de quartier et de transport et de se demander les concessions que l’on est capable ou non de faire. Autre question à laquelle il faut répondre : quel type de bien souhaite-t-on acquérir. Qu’il s’agisse d’un appartement, d’une maison ou d’un terrain pour faire construire, les conséquences ne seront pas les mêmes pour la suite du processus. Pour faire ce choix, plusieurs caractéristiques sont à prendre en compte. Les personnes qui s’orientent vers un appartement ne doivent pas être effrayées par la promiscuité, la possibilité d’entendre le bruit de ses voisins ou encore le manque d’espace extérieur. Dans leur calcul, elles doivent prendre en compte les frais de copropriété qui peuvent atteindre plusieurs centaines d’euros par mois.

LEAVE A REPLY