Simulation Pret Immobilier

0
254

Découvrez le montant de la mensualité correspondant à l’emprunt que vous souhaitez effectuer. Le résultat détaillé (part de l’assurance de prêt, coût total du crédit, etc.) est enrichi de simulations graphiques vous permettant de visualiser l’impact de la durée du crédit. Prenez comme point de départ la mensualité optimale pour votre budget et découvrez immédiatement le montant que vous pouvez emprunter. Suite à une simulation crédit, des graphiques vous permettront de mieux visualiser l’impact de la durée du crédit sur le montant que vous pouvez emprunter. Quelques secondes suffisent pour visualiser en un clic l’impact du taux et de la durée, de 15 à 25 ans, sur le montant de votre mensualité. Utilisez cette calculatrice pour vérifier l’impact de votre renégociation de crédit immobilier : allez-vous réaliser des économies sur le coût de votre crédit tout en réduisant vos mensualités ? Découvrez le montant des frais de notaire qui correspond au bien ancien ou neuf que vous souhaitez acquérir. Ces subventions peuvent grandement aider les ménages disposant de revenus plus modestes dans l’optique de financer l’occupation d’un logement (loyers et mensualités d’emprunts notamment). Certaines sont cumulables avec un prêt conventionné, un prêt à l’accession sociale ou un prêt à taux zéro (PTZ), ce qui permet de réaliser des économies non négligeables. D’autres solutions s’offrent aux particuliers dans le but de contracter un emprunt destiné à financer leur bien immobilier. Le PTZ (Prêt à Taux Zéro) : permet de débloquer une somme destinée à financer un projet immobilier, sans majoration des mensualités par des intérêts. Le CEL (Compte Epargne Logement) : similaire au PEL, les fonds sont toutefois accessibles à tout moment. Les droits spécifiques aux fonctionnaires : du fait de leur statut d’employé du secteur public, les fonctionnaires ont l’assurance d’être rémunérés quoi qu’il arrive. Cette disposition leur facilite alors l’accès à la location, présentant des garanties de paiement avérées au bailleur. Ils peuvent aussi prétendre à l’attribution de logements sociaux et de logements de fonction sous certaines conditions, ainsi qu’à l’Aide à l’Installation des Personnels (AIP).

Un troisième dit prêt relais en franchise totale consiste à rembourser les intérêts à l’échéance en même temps que le capital emprunté. C’est un montage qui présente l’avantage d’alléger les charges tant que le bien n’est pas vendu. Inconvénient : ce financement est relativement coûteux à terme. En effet, les intérêts qui ne sont pas payés chaque mois par l’emprunteur génèrent eux-mêmes des intérêts. A noter que quel que soit le type de prêt relais choisi, vous paierez chaque mois les assurances de votre crédit immobilier. Le prêt relais permet de préserver votre trésorerie lorsque vous comptez sur l’argent de la vente de votre bien immobilier pour financer l’acquisition de votre nouvelle résidence. Prêt relais : quel montant ? Le montant d’un prêt relais est toujours calculé en fonction de la valeur de votre résidence actuelle (la maison ou l’appartement que vous allez vendre). Mieux vaut, dans ces conditions, être sûr de son estimation! Les banques accordent, en moyenne, 70% du prix estimé, déduit du montant des capitaux restants dus (CRD) de l’emprunt souscrit pour l’acquisition du premier bien.

En 2002, l’Agence Nationale d’Information sur le Logement (ANIL) a recensé qu’1/4 des acquéreurs de logements anciens se plaignaient après coup de « mauvaises surprises ». Déçus et mécontents ils affirment qu’ils n’auraient pas acheté ou qu’ils auraient exigé une baisse du prix s’ils avaient été mieux informés. Faites donc bien attention, c’est vous le futur propriétaire, vous êtes donc en droit d’être curieux. Vous voulez acquérir le bien dont vous êtes locataire ? Vous avez des vues sur un logement déjà occupé ? Vous envisagez d’acheter en viager ? Il peut y avoir ici plusieurs cas de figure. Tout d’abord le propriétaire bailleur peut vous proposer d’acheter à l’amiable le logement que vous louez. Si vous acceptez, la vente suit la procédure classique. Le propriétaire vous donne congé pour vendre le bien à la fin du bail. Vous bénéficiez alors d’un droit dit « de préemption », c’est-à-dire que vous êtes prioritaire sur l’achat. En revanche, les marchés situés en périphérie de la capitale ou en province pourraient bénéficier dans les mois à venir du report de certains investisseurs et voir leur prix augmenter. La question reste ainsi la même qu’évoquée plus haut. Est-il toujours pertinent d’investir dans un bien qui a des chances de perdre de la valeur au fil des ans ? « Le propre même de l’investissement, c’est de prendre un risque. Il faut cependant garder en tête que l’immobilier permet de générer des opportunités. Si les prix chutent, il est possible de repositionner son immeuble voire d’en changer l’usage s’il le faut. Le propriétaire reste maître de son investissement. Un bien sorti d’un marché peut retourner sur un autre plus porteur. » conclut M. Gerarduzzi. Et après 2018, la fameuse « bulle » éclatera-t-elle ? C’est une expression qui revient souvent dans les médias : « l’éclatement de la bulle immobilière ». Mais cette bulle existe-t-elle réellement ? Est-elle un mythe ? Pour M. Cornuel, le terme n’est pas approprié. « Nous sommes seulement sur la fin d’un cycle immobilier qui a débuté dans les années 1990. Celui-ci a duré 20 ans, le précédent 10. ». Même constat pour M. Mirlicourtois : « Pour qu’il y ait bulle, il faudrait que l’on assiste à une augmentation dramatique des prix, un véritable emballement. Or, nous n’en prenons pas le chemin. Alors, on achète ou pas ? Il semblerait que oui, mais prudemment et sans intention de revendre rapidement. La rédaction de L’Obs n’a pas participé à leur réalisation.

Une analyse également partagée par Didier Cornuel, professeur d’économie immobilière à l’Université Lille 1 : « Les taux d’intérêt ont commencé à remonter légèrement cette année. Les ménages se sont dépêchés d’acheter afin d’anticiper une éventuelle hausse dans les années à venir. Si 2017 semble être une année record pour l’immobilier, c’est aussi à cause des prix auxquels se sont vendus les logements. Selon le journal Le Monde, le mètre carré a dépassé les 9000 euros à Paris au deuxième trimestre 2017, ce qui équivaut à une hausse de 7,7% en un an. Même constat pour Bordeaux, qui, selon le quotidien Sud-Ouest, subit une hausse des prix de plus de 1% chaque mois, atteignant jusqu’à 4000 euros le mètre carré. Des prix hauts qui s’expliquent en partie par des taux d’intérêt bas, mais pas seulement. Selon M. Cornuel, la tension sur le marché immobilier provient également d’un déséquilibre entre l’offre et la demande. « Nous faisons face à une offre excédentaire. Vous aurez également le taux annuel moyen représentant le taux moyen pour toutes les années de la durée de remboursement. Simulation emprunt est donc un simulateur qui déterminera vos mensualités à rembourser en fonction du capital que vous contractez. Nous vous précisons également que certain frais peuvent se rajouter comme les frais de dossier ou une assurance qui est fortement conseillée. Néanmoins le calcul de notre simulateur est exact et celui-ci vous donnera déjà dans un premier temps une très bonne estimation. Pour faire baisser l’emprunt immobilier, nous vous conseillons d’emprunter avec une durée la plus faible possible et avec un taux le plus faible possible. N’hésitez pas à comparer les taux pour obtenir le meilleur rendement. Simulation emprunt effectuera pour vous les calculs en fonction de votre taux et de la durée de remboursement et tous les organismes de crédit ne proposent pas les mêmes taux. Il est donc important de pouvoir comparer pour vous lancer dans votre projet immobilier et ainsi obtenir les meilleurs éléments. N’hésitez pas non plus à consulter votre établissement bancaire pour connaître en détail le déroulement d’un prêt immobilier, ce n’est surtout pas un geste anodin au contraire cela vous engage sur une durée très importante.

LEAVE A REPLY